mercredi 1 décembre 2021

Stéphanie et Thibaud Petry nouveaux propriétaires des Ets Schaff

  

Après 152 ans, l’atelier de machines agricoles des Ets Schaff est repris par  Stéphanie et Thibaud  Petry de Siersthal. Grâce à cette reprise les clients agriculteurs ou  horticulteurs pourront continuer à venir à l’atelier de la rue de Sarreguemines à Volmunster pour les achats, les réparations ou les pièces.


Quatre générations


Jean Schaff, charron et mécanicien,   né le 28 octobre 1837 à Urbach est venu s’installer en 1869 à Volmunster après son mariage avec Thérèse Stauder. En tant que charron, il prépare  la structure bois des chariots pour le forgeron qui les ferre. En tant que mécanicien, il a vendu des machines agricoles et les a réparées. C’est l’époque où  la mécanisation des travaux  des champs se met en place. De plus en de plus en plus les agriculteurs utilisent la faucheuse mécanique, la batteuse et d’autres nouvelles machines agricoles. Son fils  François   reprend l’atelier en 1904, mais le 1er septembre 1939, le village est évacué à Sigogne (Charente), la famille Schaff n’est revenue à Volmunster  qu’en 1946.  


 Recommencer à zéro


Durant la guerre, tout a été détruit. Au retour , ce seront les deux frères Antoine et Emile qui reprennent l’affaire. Leur atelier sera d’abord dans un baraquement dans la rue du Stade, puis transféré dans l’atelier actuel en 1953. Le 1er janvier 1963,  les Ets Schaff sont créés. Ils seront d’abord gérés par Antoine Schaff, puis en 1969,  par son fils Jean-Paul. Après son décès en 1990, ce sont ses deux frères Daniel et Pierrot qui ont été à la tête de l’entreprise jusqu’au 16 novembre 2021. L’atelier a été cédé le 17 novembre 2021 après 152 ans et quatre générations Schaff à  Stéphanie et Thibaud  Petry Petry. Daniel et Pierrot Schaff se réjouissent  « de la reprise de leur atelier qui continue   à être à la disposition de leurs anciens clients pour les réparations et les pièces avec leurs deux employés Francis Roth, mécanicien et  Joseph Stauder  magasinier. »




Continuation et développement


Thibaud Petry, ancien directeur commercial de ARPA, reprend les Ets Schaff. « Je veux continuer les anciennes activités, ce seront désormais aussi « Jardins et Loisirs ». Je veux particulièrement développer la motoculture et le matériel pour l’entretien des espaces verts. De plus, je rajouterai la vente des motos tout terrain, les quads, les vélos à assistance électrique. De plus, je compte mettre des vélos à assistance électrique en location sur les sites touristiques » nous explique-t-il.


Travail partagé




 

Thibaud Petry s’occupera de la gestion, de la direction de l’entreprise et du développement commercial et son épouse Stéphanie se  chargera de l’accueil, de la facturation, de la comptabilité du travail administratif et de l’achalandage des rayons. « Il est très important pour les anciens clients que nous continuions à leur proposer les mêmes  service, ce qui ne nous empêche pas de moderniser et de développer  le service client » conclut Thibaut Petry. 


Joseph Antoine Sprunck


 


 

Des jouets offerts aux enfants démunis par 200 jeunes footballeurs


À l'approche des fêtes de Noël, période d'entraide et de partage, l’ESHV a mis en oeuvre l’opération « Un jouet pour chaque enfant », en partenariat avec les Restos du coeur et les Coeurs éléphants de Bitche. Ces deux associations viennent  en aide financièrement à des enfants démunis du Bitcherland. Ainsi, samedi dernier le club de football ESHV, sous la direction de Jonathan Kirsch a organisé des tournois de football dans la Salle Emile Gentil dès 9 h pour les catégories U7 et U9 du Bitcherland. 

Photo DR

Les responsables des deux associations sont très heureux de réceptionner  ces nombreux jouets qui vont rendre un Noël joyeux et fraternel à de nombreux enfants

Offrir un jouet qui fait plaisir

Chaque joueur a  apporté un jouet  en bon état  pour qu’un autre enfant moins chanceux que lui ne soit oublié et qu’il puisse en profiter afin que son Noël soit aussi joyeux et fraternel.  « J’ai offert mon téléphone animé, car je veux vraiment faire plaisir au garçon auquel on l’offrira » nous a confié Loris. A l’issue de la journée les  responsables des associations des « Restos du cœur » et «  Les cœurs éléphants » sont venus récupérer les jouets pour offrir un joyeux Noël aux enfants dont ils s’occupent généreusement durant toute l’année. Un grand merci  aux jeunes footballeurs   pour leurs générosité! 




Joseph Antoine Sprunck

lundi 29 novembre 2021

Le message du Père François

  

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 3, 1-6

 

« L’an quinze du règne de l’empereur Tibère, Ponce Pilate étant gouverneur de la Judée, Hérode étant alors au pouvoir en Galilée, son frère Philippe dans le pays d’Iturée et de Traconitide, Lysanias en Abilène, les grands prêtres étant Hanne et Caïphe, la parole de Dieu fut adressée dans le désert à Jean, le fils de Zacharie. Il parcourut toute la région du Jourdain, en proclamant un baptême de conversion pour le pardon des péchés, comme il est écrit dans le livre des oracles d’Isaïe, le prophète : Voix de celui qui crie dans le désert : Préparez le chemin du Seigneur, rendez droits ses sentiers. Tout ravin sera comblé, toute montagne et toute colline seront abaissées; les passages tortueux deviendront droits, les chemins rocailleux seront aplanis ; et tout être vivant verra le salut de Dieu. »

 

L'évangile, que nous venons d’entendre, me renvoie en pleine actualité et je me disais : « Le monde n'a pas tellement changé, le cœur de l'homme est toujours aussi replié sur lui-même. » Le monde au temps de Jésus semble bien établi. Tous les grands personnages politiques et religieux sont à leur poste, accrochés à leur pouvoir et à leurs intérêts. Tibère, Ponce-Pilate, Hérode, Philippe, Hanne et Caïphe sont isolés dans leurs palais, à l'abri des cris « de tous les mal foutus ». Le monde est en équilibre grâce à de nombreuses compromissions, et en même temps, il est traversé par toutes sortes d'injustices. Pas de place pour la femme. Les hommes occupent tout l'espace public et religieux. Le pouvoir se concentre entre les mains de quelques privilégiés. Le petit peuple est réduit et écrasé comme du bétail. Seuls comptent, les intérêts économiques et politiques. 




Le monde d’aujourd’hui n’a pas tellement changé, et on va même plus loin. Les mondes : de la santé, de l'éducation, des services publics, sont gérés à la manière des grandes entreprises. Elles n’ont qu’un but : ramasser le maximum d‘argent. Tout ce qui est humain, tout ce que la société devrait assurer comme équilibre de vie à chaque citoyen, est devenu quantité négligeable et même méprisable. 

 

Cependant, il y a un mais... « La Parole de Dieu fut adressée dans le désert à Jean, fils de Zacharie ». Aujourd'hui, elle est adressée à chacune et à chacun d'entre nous. C’est dans le désert, ni dans les cocktails, ni dans les vernissages, ni dans les bals, ni dans les capitales, ni dans les officines du pouvoir, ni dans le grand monde, mais c’est dans ce vaste désert que Jean proclame la Bonne Nouvelle à ceux qui l’ont rejoint. C’est dans le silence, là on peut entendre une autre voix que celle de l’autorité, là, l’impensable devient possible. Dans ce monde qui nous étouffe, il y a toujours une espérance de salut offerte. L’Evangile, la Bonne Nouvelle mérite toute notre attention : « A travers le désert, une voix crie : préparez le chemin du Seigneur, aplanissez sa route. » C’est en retroussant nos manches pour permettre la fraternité que chacun peut vivre de l’amour de Dieu. Quand le prophète Isaïe parle du chemin du Seigneur, il parle de la venue de l’Amour de Dieu au milieu de son peuple.




 

La Bonne Nouvelle nous vient de Jean Baptiste, un homme qui n'a pas été récupéré par le pouvoir. C’est un homme libre, nature comme une fleur du désert. Mais c’est un trublion pour les puissants de l’époque. Il nous révèle que le monde est comme un grand chantier, où chacun doit s’engager. Ce chantier commence chez-moi, par l'accueil de mes semblables.  Pour ce faire, Jean Baptiste invite à la conversion des cœurs et des mentalités.

 

Le baptême proclamé par Jean, comme le baptême de tous les chrétiens est un engagement à mettre l’Amour de Dieu au cœur de nos vies. Osons poser un regard de confiance sur le monde, sur les autres, sur nous-mêmes. Changeons notre regard pour déceler en chacun un reflet de la beauté de Dieu. En effet, tous les regards de mépris, de jugement téméraire ne laissent aucune place à cet Amour. 

 

En Jésus, né à Bethléem un jour de notre histoire, Dieu s'est livré dans la confiance la plus totale. 

Osons suivre Jésus, petit enfant sans défense. Il nous ouvre un chemin d’amitié. Il est offert à toutes les bonnes volontés. Tous ceux qui s’investissent pour donner aux enfants démunis et aux adultes en difficultés, les moyens d’exister et de grandir, sont déjà animés par l’Amour de Dieu. 

Osons croire que nous pouvons tous ensemble faire un bout de chemin avec ce Dieu qui ne cesse de nous aimer.


François, prêtre retraité

 

 

 

 

L’histoire de « La Moselle déracinée » intéresse beaucoup les élèves

 

Dans le cadre du 80 ème anniversaire de l’évacuation, Florian Wagner, professeur des écoles, chargé  du cours moyen à l’école Jean Monnet de Rohrbach-lès-Bitche a invité Joseph Sprunck, membre de la SHAL de Bitche qui a personnellement vécu l’évacuation et l’expulsion.



Avant de l’inviter, Florian Wagner est allé avec ses élèves à la bibliothèque municipale.  Ils y ont vu le film retraçant l’exode du 1er septembre 1939  et l'exposition sur l'évacuation à la Médiathèque de Rohrbach commentée par Marcelle Obringer. De plus,  ils ont visionné les témoignages des  personnes qui ont vécu cette évacuation. Les élèves et un parent ont également apporté quelques objets en classe  ( casques, médailles, casques, anciens journaux de l'époque, masques à gaz... ) 





Des élèves très intéressés


Ce qui a particulièrement enthousiasmé les élèves, c’est le témoignage de Joseph Sprunck, originaire d’Ormersviller qui a vécu cette période de la guerre  pendant laquelle sa famille a dû déménager cinq fois avec des valises. Elle est revenue de Charente, puis elle a été expulsée car Ormersviller a été annexée au camp de Bitche  de 1940 à 1945. Elle ne reviendra au Bitcherland qu’en 1946  Dans son compte-rendu, un élève a écrit: « Ce monsieur avait 6 mois au moment de l'exode quand les gens sont partis de la Moselle et maintenant il en a plus de 80 ! Il nous a raconté que les villages situés entre la Ligne Maginot et la frontière allemande ont dû être évacués en Charente et il nous a expliqué comment et pourquoi  ils ont subi cet exode».


Photos Florian Wagner

Un voyage pénible 


Dans son compte-rendu un élève a écrit «Les gens n'ont eu que très peu de temps pour prendre leurs affaires et quitter leur village. Ils ont dû marcher  jusqu'à Sarrebourg à travers des villages qu'ils ne connaissaient pas. Ils ont pris des trains pour rejoindre la Charente. Les gens de la ville ont pris des trains voyageurs alors que les gens de la campagne ont voyagé dans de simples wagons à bestiaux. Quand ils sont revenus en Moselle, beaucoup ont retrouvé leurs maisons vides et sans meubles.»  


L’enthousiasme des élèves





Après  le visionnage du film « 39/40, un exil intérieur »,  les élèves ont posé une multitude de questions à Joseph Sprunck. Grâce à ces  nombreuses questions, les élèves ont appris ce que les Mosellans ont vraiment vécu durant la guerre de 1939/1945. Il a conclu: « C'était vraiment trop bien, car on a appris la grande Histoire par la porte des petites histoires des habitants de nos villages » 




Quand les élèves ont remarqué  que le portait de Joseph Sprunck figurait   dans la BD « La Moselle déracinée », où les auteurs  ont repris l’histoire de sa famille,  ils ont tous demandé  une dédicace ou un autographe. 


Joseph Antoine Sprunck

dimanche 28 novembre 2021

Bonne ambiance à la Kirb d'Eschviller

 L'association Eschviller Plus, présidée par Adrien Assfeld,  a organisé au grenier du Moulin d'Eschviller un repas d'Eschviller Kirb auquel près de 70 personnes ont participé. Le repas s'est passé dans une très bonne ambiance avec un excellent repas  préparé par Frédéric Wagner de la boucherie-charcuterie de Dollenbach. Plusieurs bénévoles se sont occupés du service.


Le président Adrien Assfeld souhaitant la bieuvenue

à tous les convives venus d'Eschviller, Volmunster et d'ailleurs.


Le président présentant le  fameux charcutier-traiteur Frédéric Wagner de    Dollenbach







Les convives


Joseph Antoine Sprunck


samedi 27 novembre 2021

Reprise des jeux de Société au Colimaçon

 



La section de jeux de société  reprend ses activités  à la salle du Colimaçon le vendredi 3 décembre à 14 h. Cette section est ouverte à tous ceux qui désirent passer un après-midi convivial tout en participant à de jeux de société: échecs, cartes, scrabble, etc...Les séances  se déroulent tous les vendredis après-midi de 14 h à 17 h. Elle compte actuellement une vingtaine de membres venant de Volmunster et d’autres communes environnantes. Renseignements  auprès de Marie-Claude Schwartz tel: 06 83 51 42 71