vendredi 18 janvier 2019

Le message du Père François

Évangile de Jésus Christ selon St Jean 2 1–11
« En ce temps-là, il y eut un mariage à Cana de Galilée. La mère de Jésus était là. Jésus aussi avait été invité au mariage avec ses disciples. Or, on manqua de vin. La mère de Jésus lui dit : « Ils n’ont pas de vin. » Jésus lui répond : « Femme, que me veux-tu ? Mon heure n’est pas encore venue. » Sa mère dit à ceux qui servaient : « Tout ce qu’il vous dira, faites-le. » Or, il y avait là six jarres de pierre pour les purifications rituelles des Juifs ; chacune contenait deux à trois mesures (c’est-à-dire environ cent litres). Jésus dit à ceux qui servaient : « Remplissez d’eau les jarres. » Et ils les remplirent jusqu’au bord. Il leur dit : « Maintenant, puisez, et portez-en au maître du repas. » Ils lui en portèrent. Et celui-ci goûta l’eau changée en vin. Il ne savait pas d’où venait ce vin, mais ceux qui servaient le savaient bien, eux qui avaient puisé l’eau. Alors le maître du repas appelle le marié et lui dit : « Tout le monde sert le bon vin en premier et, lorsque les gens ont bien bu, on apporte le moins bon. Mais toi, tu as gardé le bon vin jusqu’à maintenant. » Tel fut le commencement des signes que Jésus accomplit. C’était à Cana de Galilée. Il manifesta sa gloire, et ses disciples crurent en lui. »

Avec les noces de Cana, l’Eglise met en valeur la dimension festive de la vie !
Jésus vient d'appeler ses premiers disciples. Ceux-ci ont quitté Jean Baptiste pour le suivre. Or voilà qu'au moment où il commence son ministère, il ne trouve rien de mieux que de la fête à une noce, quelle surprise ! En effet, avec Jean Baptiste, on ne faisait pas la fête. On se nourrissait de sauterelles et de miel sauvage. Mais Jésus commence sa mission de cette manière, parce qu'il a un message important à transmettre.
Ce passage d’évangile proposé aujourd’hui, ne doit pas être regardé comme une simple chronique de journaliste. L’eau changée en vin est bien sympathique, ainsi les convives peuvent continuer la fête. Mais si on en reste là, on manque l'essentiel de l'évangile. Saint Jean, l’évangéliste ne nous parle pas de "miracle" mais de "signe", et ce n'est pas la même chose. Il nous faut donc prendre le temps pour lire entre les lignes et découvrir ce qui est sous-entendu.
En effet, au-delà du mariage de Cana, il y a un autre symbole : C'est l'alliance du Christ et de son Eglise. Comprenons bien : Toute la Bible nous montre un Dieu qui s'adresse aux hommes en termes d'amour et d'alliance. C'est cela qu'il faut mettre en valeur dans cet évangile. Il s’agit de la nouvelle alliance entre Dieu et les Hommes. Le mariage des époux aujourd’hui est aussi « signe » de l’Alliance de Dieu et des Hommes. Et ce signe ne peut être parlant que dans la mesure où chacun s’y engage avec le meilleur de lui-même, pour une vie nouvelle.
Au-delà du manque de vin, l'évangile nous invite à prendre conscience de tous nos manques, manques d'amour, manque de raisons de vivre et d'espérer. A Cana, Jésus se mêle à l’humanité qu’il veut « épouser ». Cette humanité est conditionnée par les habitudes, les règles. C’est avec ces limites et ces enfermements, dans ces situations concrètes que Jésus veut rejoindre cette Humanité. Marie, mère attentionnée voit tout cela et lui dit : "Ils n'ont plus de vin" Puis « elle dit aux servants : Faites tout ce qu'il vous dira."
Pour en revenir à l’actualité, depuis novembre dernier, de nombreux rassemblements autour des « Gilets jaunes » ont révélé la pauvreté et la misère de nombreux citoyens en France. Aux ronds-points, les gens se retrouvent et échangent, alors ils retrouvent l’espérance. Comme aux Noces de Cana, il se passe quelque chose d’important : la confiance renaît et prend le dessus. On découvre l’urgence de pouvoir compter sur les uns et sur les autres. Cet élan, qui a mobilisé tant de bonnes volontés, mérite d’être entretenu et développé au service de tous ceux qui peinent aujourd’hui. Il ne suffit pas d’attendre les drames pour chercher des remèdes. La misère a réveillé le drame de tant de personnes qui vivent en-dessous du seuil de pauvreté. Avant toute critique négative, n’oublions jamais la misère de ces personnes vécue au jour le jour.
Comme Jésus commence sa mission par sa présence active aux noces, cet évangile nous invite à une attention nouvelle. Il importe d’écouter, d’essayer de comprendre, de repérer, comme Marie, « les vrais manques, les vrais besoins » qui empêchent d’être pleinement Homme dans le monde d’aujourd’hui.
Dans le même sens, le pape François prend le relais de l’enseignement de Jésus en renvoyant chacun vers les « périphéries », c-à-d, vers ceux qui manquent toujours de l’essentiel pour une vie digne. Et en même temps, « la Miséricorde » est au cœur de son action. Avant toute déclaration ferme ou définitive, il faut commencer par Aimer les gens qui sont en difficultés. Et pour les aimer, il faut chercher à les connaître et à découvrir en eux des fils de Dieu. C’est à ce titre qu’ils ont droit au même respect que chacun d’entre nous, parce qu’ils font partie de notre famille humaine. On ne rejette pas un membre de sa famille.
Sachons nous rendre disponibles à la Parole de Dieu. Elle peut nous éclairer sans dicter les choix à faire. C’est pourquoi, toutes les eucharisties, les rencontres, les débats, les temps de prières pour l’unité des chrétiens sont autant d’occasions pour nous préparer à la joie des noces éternelles.

François, prêtre retraité

jeudi 17 janvier 2019

Chasse en battue

Une chasse en battue sera organisée le dimanche 27 janvier 2019 de 8 h à 17 h au Nassenwald à Weiskirch.

Nouveau blog complémentaire de Joseph Antoine Sprunck




est le lien de mon  blog complémentaire que j'alimenterai  avec  mes grands  reportages et des textes relatifs à l'histoire locale. 

On le trouve également sur Google en cherchant:

Joseph Antoine Sprunck

Joseph Houth est nommé adjoint au maire honoraire


Lors du repas  des aînés de la commune de Nousseviller-lès-Bitche, le maire  Jacqueline Glad avait invité le sous-préfet de Sarreguemines.  
Dans son allocution de bienvenue,  elle  fait le bilan des travaux réalisés. En 2019, la commune terminera  la réhabilitation de la mairie et la mise en accessibilité des bâtiments communaux  dont le coût s’élève à  80 000 €  H.T. Elle regrette que « la communauté de communes, au service de toutes les communes comme se plaît à dire le président Francis Vogt, les déshabille  de plus en plus  par le biais du transfert de compétences. Il en ainsi pour  la petite enfance. Ainsi cela  rend   caduc notre projet d’accueil transgénérationnel prévu pour 2019, alors qu’il avait pourtant trouvé un écho très favorable auprès des nombreux représentants de l’état » Elle  fait le bilan des travaux réalisés. En 2019, la commune terminera  la réhabilitation de la mairie et la mise en accessibilité des bâtiments communaux  dont le coût s’élève à  80 000 €  H.T.

Remise des médailles 

Ensuite sont mis à l’honneur par le sous-préfet  deux anciens représentants de la commune qui ont oeuvré durant de nombreuses   années à son service et ont donné de leur temps pour contribuer au bien être de tous. Joseph Houth reçoit le diplôme d’adjoint au maire honoraire ainsi que la médaille argent-vermeil pour 30 années de présence au conseil municipal, Cette médaille est  également attribuée à Lucien Wagner conseiller municipal.

Photos J.A.S.
Le sous-préfet a remis la médaille et le diplôme à Joseph Houth. Lucien Wagner était absent.









Joseph Antoine Sprunck






mardi 15 janvier 2019

Une rose... un espoir les 27 et 28 avril 2019


La marche des rois


Photos J.A.S.
Les participants sont prêts à partir sous la pluie

Malgré la pluie, les membres du Colimaçon et des Amis du Moulin ont participé à la marche des rois sous la conduite de Sylvain Oswald. De nouveaux membres en ont profité pour rejoindre la section  de marche.  Les   randonneurs se sont rendus à Brenschelbach en suivant le sentier des moulins. 


Rencontre insolite sur le sentier des moulins

Après avoir passé devant les moulins de Loutzviller et  de la Blumenauermuhle, le groupe a rejoint   le village de Brenschelbach où Joseph Sprunck leur a fait découvrir la maison à têtes qui a été construite par un sculpteur qui portait de surnom de Zepellin. On l’appelait ainsi, car il s’était lancé  dans la construction d’un Zeppelin qui est un aérostat de type dirigeable rigide, de fabrication allemande. 
Joseph Meyer, président  des Amis du Moulin,  est venu à Brenschelbach, pour servir aux courageux marcheurs  du vin chaud et des Bredle. Après la marche, la  galette des rois a été partagée au grenier du Moulin.





Le président Joseph Meyer a servi des galettes et un excellent gâteau au chocolat préparé par Etienne.


J.A.S.