mardi 17 mai 2022

Le message du Père François...

 Évangile de Jésus Christ selon saint Jean 14, 23-29

PHOTO DR
 

« En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Si quelqu’un m’aime, il gardera ma parole ; mon Père l’aimera, nous viendrons vers lui et, chez lui, nous nous ferons une demeure. Celui qui ne m’aime pas ne garde pas mes paroles. Or, la parole que vous entendez n’est pas de moi : elle est du Père, qui m’a envoyé. Je vous parle ainsi, tant que je demeure avec vous ; mais le Défenseur, l’Esprit Saint que le Père enverra en mon nom, lui, vous enseignera tout, et il vous fera souvenir de tout ce que je vous ai dit. Je vous laisse la paix, je vous donne ma paix; ce n’est pas à la manière du monde que je vous la donne. Que votre cœur ne soit pas bouleversé ni effrayé. Vous avez entendu ce que je vous ai dit : Je m’en vais, et je reviens vers vous. Si vous m’aimiez, vous seriez dans la joie puisque je pars vers le Père, car le Père est plus grand que moi. Je vous ai dit ces choses maintenant, avant qu’elles n’arrivent; ainsi, lorsqu’elles arriveront, vous croirez. »

 

« Tous les soucis, les maladies, les échecs, les misères…vous ne devez pas trop vous en tracasser, ce n’est qu’un mauvais moment à passer. Encore un peu de patience et ça ira beaucoup mieux dans le paradis !».  Voilà un raisonnement qui a traversé les siècles et qui est encore bien présent dans la tête de beaucoup de   chrétiens. On a souvent reproché aux chrétiens de prendre la vie future comme un tranquillisant, une échappatoire. Comme si la vie ne commençait qu’après la mort, et que  le présent n’était rien !

 

Dans l’évangile, Jésus rappelle que «  le Royaume de Dieu est en construction perpétuelle, au milieu de nous. » Au moment de quitter les apôtres et leurs amis, il leur dit : « Je m’en vais mais je reviens vers vous ». Par-là, il signifie que notre vie d’aujourd’hui reste toujours très importante dans nos liens avec Jésus.  

Rappelez-vous aussi l’histoire des disciples d’Emmaüs. Jésus marche à côté des deux disciples non pas pour les accompagner dans leur fuite ou leur désertion, mais pour qu’ils soient en capacité de revenir à Jérusalem et de partager leur rencontre avec Jésus. C’est ainsi qu’ils vont témoigner de leur vécu et de leur amour en tant que témoin d’une rencontre merveilleuse, chemin faisant vers Emmaüs.

 

Il faut reconnaître qu’aujourd’hui, le matérialisme ambiant nous propose des moyens modernes qui ne servent qu’à fuir nos soucis et nos responsabilités. Le matérialisme ne nous fournit guère d’autres perspectives d’existence. Produire plus, consommer davantage, profiter au maximum… tout cela finit par obstruer complètement notre temps, ne nous laisse plus aucune occasion de relever la tête et de réfléchir. Quant à Dieu, on l’a relégué à l’arrière « boutique » comme une roue de secours, l’accusant même d’être à l’origine de nos misères.

 

Si certains ont tendance à oublier la terre pour espérer le ciel, d’autres profitent de la terre jusqu’à en oublier le ciel.

Or Jésus vient aujourd’hui nous aider à réduire cette tension et retrouver l’équilibre. Il nous promet son Esprit. Non pas quelqu’un qui nous déchargera de nos responsabilités, ni ne prendra les décisions à notre place mais qui sera un conseiller, un sage, un souffle qui nous réveillera, qui nous stimulera pour ne pas nous évader, mais pour nous mobiliser, et mettre en œuvre « tout ce que Jésus nous a dit. »

Or Jésus nous dit : « Si quelqu’un m’aime, mon Père et moi nous ferons chez lui notre demeure. »

 

Alors les hommes ont tenté de mettre la main sur Dieu et ont tout fait pour se l’accaparer. Certains ont déclaré : « c’est chez-nous qu’il habite » et ils l’ont enfermé prisonnier dans un tabernacle.

D’autres ont dit : « c’est chez nous qu’il demeure » et ils l’ont enfermé dans des définitions, des formules, des livres, des doctrines.

« C’est chez-nous », disent ceux qui font de la pratique religieuse leur credo. 

 

Mais n’a-t-on pas oublié l’essentiel, le début de la phrase de Jésus : « Si quelqu’un m’aime le Père et moi nous ferons chez lui notre demeure. »

« Si quelqu’un m’aime ! », c’est l’essentiel du Royaume.

Nous aurons beau faire, Dieu ne se laissera jamais enfermer, il reste libre, personne ne peut se l’accaparer ni affirmer qu’il le détient. 

Dieu reste nomade, un Dieu en mouvement, insaisissable mais qui laisse des traces de joie et de paix. 

Ce qui est certain c’est que là où l’amour est absent, même si c’est dans l’Eglise, dans nos communautés, Dieu y est absent.

Mais là où est l’amour, Dieu est toujours  vivant et y fait sa demeure.


François, prêtre retraité

Sur mon chemin...

 


La renoncule rampante est commune, on la rencontre un peu partout, portant fièrement son calice jaune d’or, au bord des chemins, dans les friches, les prairies et les terrains cultivés. Il lui faut une terre fraîche à humide. Elle supporte bien le piétinement. C’est une adventice de culture envahissante, et bien que la fleur soit gaie, c’est une plante dont il faut limiter le développement. Elle aime les terrains riches, mais évite les sols trop acides et ne pousse pas à l’ombre. A l'origine, on ne la trouvait que dans les vallées humides, mais depuis quelques années, elle pousse sur les versants au Bitcherland.


J.A.S.


lundi 16 mai 2022

Le mot qui soigne

 


Savoir dire:

« Merci ».

Ces cinq lettres agissent comme une véritable potion magique sur la santé.

La science démontre aujourd’hui avec précision que la gratitude n’est pas uniquement un sentiment noble et généreux. C’est un formidable remède, capable de prévenir des maladies extrêmement sérieuses.

Avant l’étude de 2021, d’autres travaux ont fait des découvertes remarquables sur la gratitude :

  • Des psychologues londoniens ont montré que les personnes à qui ils avaient demandé d’éprouver chaque jour un peu de reconnaissance avaient retrouvé un meilleur sommeil en seulement deux semaines, par rapport à un groupe de contrôle .
  • Des médecins de l’hôpital de Boston ont constaté que des patients suicidaires à qui ils avaient donné des exercices psychologiques conduisant à ressentir de la gratitude voyaient leur désespoir diminuer[3].
  • Dans une étude, des chercheurs irlandais ont découvert que les personnes qui devaient noter chaque jour 5 choses dont ils se sentaient reconnaissants voyaient leur niveau de stress et de dépression chuter jusqu’à 27 % au bout de trois semaines[4].

Impressionnant !


Comment l’expliquer ?

On ne peut formuler que des hypothèses, mais peut-être la gratitude aide-t-elle à se percevoir comme dépendants les uns des autres, et que pour un merci que nous donnons, il y en aura un autre, un jour, que nous recevrons.

 ,

Florent Cavaler


Sur mon chemin...

 

Photo J.A.S.

Les veaux des Highlands Cattle se portent tous bien et suivent leur mère constamment  dans la belle vallée de la Schwalb où les renoncules fleurissent dans les prés.


J.A.S.

dimanche 15 mai 2022

Les bienfaits de la cannelle

 


  1. C’est un aliment anti-virus qui renforce le système immunitaire : idéal pour le traitement des rhumes, toux et même la grippe grâce à ses propriétés anti-oxydantes, anti-virales et anti-microbiennes.
  2. Produit anti-inflammatoire, anti-bactérien, anti-parasitaire et anti-septique, elle facilite le transit, elle agit sur les ballonnements et autres soucis digestifs, et elle calme également les nausées et vomissements.
  3. Elle aide à réguler le taux de sucre et le mauvais cholestérol dans le sang (fortement conseillée aux personnes diabétiques) ; elle réduit les risques de maladies cardio-vasculaires et facilite la circulation sanguine.
  4. Grâce à son magnésium, elle procure des vertus relaxantes, en réduisant le stress et l’anxiété.
  5. La cannelle a un effet stimulant et énergisant en régulant le taux de sucre dans le sang.
  6. Utiliser de la cannelle dans des boissons permet de soulager les maux de tête l’hiver.
  7. Ses propriétés anti-oxydantes permettent d’éliminer les toxines et donc de prévenir cancers et maladies dégénératives.
  8. La cannelle est efficace contre les troubles bucco-dentaires (aphtes et gingivite) et en prime, elle donne bonne haleine.
  9. L’huile essentielle de cannelle stimule le système digestif et nerveux.

Mais aussi... Des vertus anti-âge, des propriétés aphrodisiaques, un allié minceur pour perdre du poids en agissant sur la digestion...

Source:  

Sur mon chemin...

 

Photo J.A.S.

La consoude pousse dans la vallée de la Schwalb

Les feuilles de la   grande consoude, de son petit nom Symphytum officinalis, contiennent, entre autres, de l’allantoïne, une substance qui stimule la multiplication cellulaire de la peau ou des os. La consoude est aussi anti-inflammatoire et astringente.

Les feuilles et la racine de la consoude sont utilisées, en interne ou en externe selon le cas, pour aider :
1- à cicatriser les plaies et les brûlures, à consolider les fractures, à soigner les entorses et les bleus, les crampes et les névralgies musculaires, à soulager l’arthrose, grâce à son action cicatrisante et astringente (a un effet vasoconstricteur sur les tissus de la peau).


2- à soulager les douleurs articulaires et rhumatismales, les contractions et élongations musculaires, à soigner les troubles digestifs, à traiter les toux sèches, les plaies et inflammations de la bouche, grâce à son action anti-inflammatoire.
3- à traiter furoncles, acné, psoriasis, gerçures, piqûres d’insectes, émollient grâce à son action émolliente (amoli et détend les tissus enflammés). En usage interne, il est préférable de ne pas abuser de la consoude qui contient une substance hépatotoxique.

 4- La consoude est une plante-engrais formidable : elle enrichit le sol en y apportant oligo-éléments et sels minéraux. Elle fertilise et revitalise la plupart des légumes et on peut la couper jusqu’à quatre fois par an pour l’utiliser comme mulch au pied des plantes les plus gourmandes.

5- Le purin de consoude est un excellent activateur de compost, associée avec l’ortie elle forme un engrais complet.

6- Ses fleurs attirent les insectes pollinisateurs et les abeilles.

7- Ses feuilles et tiges sont comestibles et sont riches en protéines, en vitamine B12, en silice et en potassium. (Google)