jeudi 6 mars 2014

Michel Meriaux, un bénévole humanitaire actif et infatigable


Michel Meriaux d'Eschviller est resté fidèle dans son amitié avec   Madagascar depuis  58 ans.  Tout seul, soutenu par son épouse Céline et de nombreux amis,   il continue à 80 ans  à venir au secours de 30 missions dans le Sud de Madagascar


Grâce à son instituteur, il a correspondu  depuis l’âge de 12 ans avec un Malgache nommé Rabe.  N’ayant plus de ses nouvelles, il demande lors du conseil de révision à accomplir son service militaire à Madagascar pour le retrouver. Il se souvient très bien de son premier voyage en bateau qui a duré 45 jours.  Affecté à Antsirabe, malgré ses recherches, il ne retrouve pas son correspondant, mais  il se lie d’amitié avec un père missionnaire. De retour en France, il lui enverra, chaque mois un colis. Lors d’une conférence  en 1959 à l’église Sainte-Thérèse Metz, il fait connaissance du Père Jean Tritz, missionnaire à Madagascar. Lors de leur entretien, il dévoile au père qu’il fait du transport. Ce dernier l’interpelle: «Quand vous allez dans le Nord, vous pourriez transporter des colis au port  de Dunkerque».  Pour Michel Meriaux, ce sera le début de l’envoi de colis de plus en plus nombreux. 

Il ramasse et expédie


Quand il revient au village natal de son épouse Céline lors de sa retraite, il continue à collecter des draps, de la vaisselle, des chaussures, des habits, des  réfrigérateurs, des congélateurs, des livres, des fauteuils  roulants, des casseroles, des fournitures médicales, des lits, des voitures, des bicyclettes, etc. pour Madagascar.  Lundi dernier, une dizaine de bénévoles ont chargé une semi-remorque de  40 m3 de fournitures humanitaires, bien emballées. Les colis sont numérotés avec l’adresse des destinataires.  Ce camion transportera  gratuitement ce matériel au port de Dunkerque, d’où il sera envoyé  en containers à Madagascar. Il y sera réceptionné  par les Pères jésuites. Ces derniers  feront parvenir les colis aux 30 missions  qui ont fait appel à lui.

Il installe un cabinet dentaire


Actuellement, dans la mesure de ses moyens, il expédie beaucoup de matériel dans des fûts bleus qui serviront à conserver le riz ou de l’eau potable. Il a  fait déjà 19 séjours d’un mois à Madagascar,  où il passe dans toutes les missions pour vérifier le matériel envoyé. En octobre 2013, aidé par un ami alsacien,  il a remonté un cabinet dentaire à l’hôpital d’Ampasimanjeva,  cédé  par une dentiste de Mulhouse. Cet hôpital a été construit, il y a trente ans par la Caritas d’Italie qui continue à le doter de matériel et d’ambulances. Tous les mois des dentistes d’Espagne, d’Italie ou de France assurent les soins dentaires pendant leur mois de  vacances.

Le bon Samaritain

Souvent, il est aussi l’intermédiaire de parents qui veulent adopter un enfant.   Grâce à lui, 54  enfants malgaches ont pu être adoptés en France. Il a également remué ciel et terre pour faire opérer gratuitement deux fillettes dont les membres inférieurs déformés ne leur permettaient pas de marcher. Aujourd’hui elles marchent.  
Tous les missionnaires qu’il aide dans ses envois humanitaires lui rendent visite régulièrement lors de leurs congés en France. 


Pour son aide continuelle, il a été  promu chevalier de l’ordre national malgache par le président de la République de Madagascar qui dans son discours lui a rendu un vibrant hommage.

Bénévole actif et humanitaire


Michel Meriaux, un bénévole humanitaire infatigable, toujours  motivé, fêtera ses 80 ans le 16 mars prochain. Malgré son âge avancé, il continue à collecter et  en 2014, il  fera sont vingtième  séjour d’un mois à Madagascar. Depuis près de 50 ans, il expédie entre 12 et 15 tonnes par an via Dunkerque, soit 15 000 colis en tout de 5 kg à 100 kg, dont une centaine de fauteuils roulants  et huit voitures. Il fait également parvenir de nombreux colis  grâce aux pilotes sans frontières qui les acheminent à Tananarive en moins de dix jours.  Tous les deux ou  trois ans, il visite les établissements auxquels, il fournit du matériel afin de constater si tout est employé à bon escient. Il est aidé par de nombreux amis, mais aussi des associations  comme  la friperie de Sarreguemines et l’Association d’entre aide et d’Amitié (A.E.A.) de Peltre.

Bon anniversaire, Michel, toutes nos félicitations!

D.R.   Joseph Antoine Sprunck